Tu me fait chier*

Toi qui m’abordes et me dis Tu sans me dire s’il vous plaît. Toi que je ne connais même pas et qui me tutoie comme si nous étions toi et moi à tu et à toi. Tu me tutoies et ça me tue, moi.

Un peu de distance, SVP. Le langage a pris un virage le jour où le respect a pris le champ dans un tournant. La distance entre deux interlocuteurs leur permet de prendre le recul nécessaire pour élever le niveau. Malheureusement, le tutoiement de rigueur réduit cette distance nécessaire et nivelle le débat par le bas. Si je vous dis vous, madame ou monsieur, c’est pour mieux vous démontrer tous les égards que j’éprouve à converser avec vous. Alors que le TU ouvre la voix aux écarts de langage.

Dans les vieux films français, les couples se vouvoyaient avec grâce jusqu’au premier baiser ou, dans les séquences les plus osées, la première baise. Après quoi, ils avaient le droit de se tutoyer. Si j’avais embrassé toutes celles et tous ceux qui me tutoient, j’aurais les lèvres en feu et la langue usée.

Ce qui me hérisse le plus, ce qui m’horripile, m’irrite et m’agace, ce qui me fatigue et me décourage, c’est quand un représentant de l’ordre, un flic, un douanier, un agent de stationnement de la Ville ou un fonctionnaire, me tutoie sans vergogne. Je ne suis pas le chum de ces gens-là. Je ne suis ni leur fils ni leur sous-fils, je ne suis pas leur collègue de bureau ni même leur petit cousin. Je demande un peu de respect. Je demande un peu de considération. Je demande un peu de déférence. Surtout de la part de quelqu’un qui va me donner un billet ou me demander de payer de l’impôt.

J’aime le décorum du Vous, l’impression d’être plusieurs, la richesse du langage, l’élégance de ne pas se croire l’égal, la générosité de regarder l’autre avec respect. J’aime la distance que donne le Vous et l’espace qu’il laisse pour écouter ce que l’autre a à dire. J’aime la majesté des « après vous », « je n’en ferai rien », « vous êtes bien aimable ».

S’cusez-le, ça doit être l’âge.

*N’allez pas croire qu’il y a ici une faute d’orthographe, TU à la troisième personne est totalement intentionnel.

Chronique publiée sur BRANCHEZ-VOUS.com

Publicités

4 commentaires sur « Tu me fait chier* »

  1. Le « tu » n’aurait-il pas envahi la langue en même temps que l’obsession de l’éternelle jeunesse? Pour de nombreuses personnes, le vouvoiement est réservé aux gens plus vieux (qu’eux) et donc, par ricochet, plusieurs insistent pour qu’on les tutoie.

  2. Je suis anglophone; le francais est ma langue seconde. C’est peut-etre a cause de ca que j’ai une idée un peu differente de ces deux petits mots.
    Tu indicates friendship, community, egality, a sense that we’re all here together.
    Vous says we’re different. Different levels. I’ll call you vous if I have no interest in being a part of your life, or if the words we exchange are not important to me. Vous is so general, where as tu is specific. I’m talking to YOU, a unique individual. Not just another person in the crowd, another person I`ve crossed paths with in my day. Everyone deserves this distinction, not just your friends or children, par exemple.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s