Chronique utopique des folies ordinaires

Promettre l’impossible pour demain 5 heures et l’envoyer à 4. C’est pas fou.

Regarder le soleil qui se lève et se coucher après. C’est pas fou.
Télécharger l’album, mais aller voir le show. C’est pas fou.
Mettre une cravate pour le mariage d’un vieil ami et un T-shirt pour son enterrement. C’est pas fou.
Faire ses courses en marchant et son marché en courant. C’est pas fou.
Laisser son auto du bon côté le lundi pour pouvoir dormir jusqu’à midi le mardi. C’est pas fou.
Ne pas regarder l’émission dont tout le monde parle et éteindre le poste à l’heure où tout le monde l’allume. C’est pas fou.
Se balader dans le cimetière pour profiter de la vie. C’est pas fou.
Aller voir un film avec Lucie Laurier. C’est pas fou. Surtout si elle accepte de vous accompagner.
Dire oui quand on pense non et dire non quand on n’a pas le temps de dire oui. C’est pas fou.
Lire dans les pensées et écrire pour ne pas l’oublier. C’est pas fou.
S’il pleut l’après-midi, le faire le matin. C’est pas fou.
Et s’il pleut le matin, se remettre au lit. C’est pas fou.
Remonter Saint-Laurent à pied de la racine à la rivière des milles îles. C’est pas fou.
Croire une promesse et faire confiance au hasard. C’est pas fou.
Prendre l’amour de sa vie par la main et lui dire qu’on l’aime alors qu’il pleut dehors et que c’est l’heure de sortir les poubelles. C’est pas fou.
Organiser chaque année, à la même date, à la même heure et au même endroit un party avec les mêmes amis. C’est pas fou.
Mettre de l’argent de côté pour avoir de l’argent devant soi. C’est pas fou.
Ne pas attendre d’avoir une idée pour la réaliser. C’est pas fou.
Avoir des 25 ¢ plein les poches et les glisser dans les parcomètres quand passe la voiture rouge de la ville alors qu’on n’a pas d’auto. C’est pas fou.
Commander deux douzaines de bagels à 3 heures du matin, au cas où des amis viendraient déjeuner à l’improviste. C’est pas fou.
Louer pour la cinquième fois La Grande Vadrouille et rire aux mêmes endroits que la dernière fois. C’est pas fou.
Se retourner sur une inconnue en espérant qu’elle aussi va se retourner. C’est pas fou.
Dépenser aujourd’hui ce qu’on va gagner demain. C’est pas fou.
Avoir beaucoup de rêves pour avoir plus de chances d’en réaliser un. C’est pas fou.
Avoir raison mais laisser croire. C’est pas fou.
Lâcher son fou, faire un fou de soi, vivre comme un fou, raconter des histoires de fous, être fou de cinéma, fou de littérature et fou de bandes dessinées, être fou d’amour, avoir le fou rire ou être fou de joie. C’est pas fou.

Mais travailler comme un fou. C’est fou.

Illustration : Laurent Pinabel.

Article publié dans le magazine Urbania

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s