Ma petite fin du monde

Elles se réjouissaient tellement! Prendre l’avion, traverser les océans, retrouver la famille…

Elles se réjouissaient tellement, qu’attendre quelques heures à Londres en transit ne les effrayaient pas le moins du monde.

Et puis la neige s’est abattue sur l’Angleterre. Oh, pas grand chose, une toute petite tempête à côté de celles qu’elles ont l’habitude de voir à Montréal. Mais suffisamment pour retarder leur vol vers leur destination finale d’une heure, puis de deux, puis d’une jour, puis pour toujours.

Annulé. Cancelled.

On ne sait pas trop ce que ça veut dire quand on n’a pas soi-même été un jour annulé/cancelled. Ça veut dire rien, plus rien, débrouillez-vous, on vous jette comme un malpropre, on vous laisse à votre triste sort, on vous abandonne sans autre explication que « c’est la faute de la météo ». Mais quelques centimètres de neige humide, quand on vient de Montréal, quand on a déjà décollé en plein milieu de la fameuse crise du verglas de 1998, quand on a connu chaque année la tempête du siècle, c’est à mourir de rire. Ou de tristesse.

Elles se sont retrouvées toutes les deux mises à la porte de l’aéroport d’Heathrow après deux jours sans sommeil, après avoir quêté un téléphone pour informer leurs proches de leurs déboires, parce que n’allez pas croire qu’à l’ère des télécommunications nos cellulaires marchent partout et nos cartes de crédits sont acceptées sans problème. Elles se sont retrouvées seules dans cette grande ville grise à la recherche d’un moyen pour sortir du chaos comme des centaines de milliers d’autres voyageurs (on parle de 840 000 passagers en rade).

Il faut se rappeler que l’Angleterre est encore une île dont il n’est pas aisé de s’échapper.

Elle se réjouissait tellement, l’ado, de venir fêter pour une fois son anniversaire en compagnie de toute sa famille. Elle a passé la nuit de ses 15 ans couchée parmi des milliers d’autres sous les néons d’Heathrow.

Elles se réjouissaient tellement, et moi je me réjouissais avec elles. Maintenant, je les attends, impuissant contre les éléments.

La neige a bloqué Londres, Paris, Francfort, Copenhagen, Vienne, Berlin, Pise, j’en oublie. Elle reprend de la vigueur sur Bruxelles. La neige qui tombe sur l’Europe n’est plus féérique depuis longtemps. Pour des centaines de milliers de gens bloqués, perdus, sans maison, sans repos, sans nourriture, elle est même devenue tragique.

Toutes les deux, elles se réjouissaient tellement de la féérie des fêtes en famille, des flocons qui décorent les fenêtres, des sapins lumineux, de la fausse neige sur la crèche. Je les attends conscient que notre petite fin du monde ne durera finalement pas longtemps. Même si c’est déjà trop long pour elles.

En attendant qu’elles arrivent, je pense à elles qui errent et qui se serrent, à elles perdues dans cette ville inconnue, à elles en quête d’une issue pour sortir de cette île qui est devenue leur prison.

Épilogue : mardi 21 décembre, 22 h 34. Les voilà enfin à leur destination finale.  4 jours après avoir quitté Montréal. L’issue: le bateau de Douvre à Calais où j’ai eu la chance de pouvoir aller les chercher. Des centaines d’autres voyageurs qui avaient trouvé la même solution pour fuir l’Angleterre ont dû quant à eux trouver un hôtel à Calais ou dormir dans le terminal des ferries . Il n’y avait plus de train… La série noire pour quelques centimètres de neige n’était pas encore finie pour eux.

Publicités

2 commentaires sur « Ma petite fin du monde »

  1. Pour vous rassurer je ne connais que le Royaume uni de l Europe je connais tres bien les ameriques et c est à Londres que j avais connu les gens les plus honnetes ce que j avais ecris de mon journal de voyage ayant visité l Ecosse et l Angleterre .
    Ce journal pour preuve a une histoire a mon retour pour le Québec je l avais laissé oublié dans une petite valise en bandouillere sur le quai du metro de la ligne picadilly avant mes souvenirs bijoux achetes au Birtish Museum de plus j y avais inscrit tous mes numeros de cartes de credit sur ce journal. c etait perdu j etais dans le route pour Heathrow, me restait une chose acheter des souvenirs made in china a l aeroport d Heathrow pour la famille et annnuler mes cartes . Ce que je fit et j eu l aide d Air Canada en ligne direct avec Montreal dans le bureau d un superviseur,
    J offris mes cadeaux a mon retour sans parler de cette histoire a ma famille …. mais 10 jours plus tard je recevais une lettre de la ville de Londres disant qu il avait peu etre retrouve des choses m appartenant . tout de suite j envoyais un courriel decrivant tous mes objets et ma valise de retour par fed ex ; la famille eut droit a des cadeaux en double . Londres est dans mon coeur ne te fais pas trop de soucis Heathrow en plus appartient a 25 % a la caisse de depot du quebec du gouvernement du quebec donc dis toi qu elle sont en partie au quebec . je le conseille de se tenir pres de quebecois ils ont l esprit debrouillard et entreront dans la danse …. bon courage pascal patience c est comme le pere noel elles arriveront ….. pierre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s