Tenir ses promesses

Ça y est! Nous sommes à l’aube de la veille du commencement d’une campagne électorale! Dans les prochaines semaines, nous allons avoir droit à un char et une barge de promesses qui, une fois le gouvernement élu, seront tellement ténues qu’elles ne seront pas tenues.

On en parle peu. Mais l’actuel gouvernement tient les rennes du pouvoir à Ottawa à cause de promesses qu’il n’a pas tenues.

Les groupies du gouvernement minoritaire de Stephen Harper affirment, en suivant l’exemple du département de propagande conservatrice, que le PC a tenu ses engagements. C’est faire preuve d’un strabisme récurrent doublé d’un aveuglement fanatique.

Les conservateurs avaient-ils promis les outrages au parlement? Les mensonges de Bev Oda? Les nominations partisanes de sénateurs et de juges sympathisants à la cause conservatrice? Les coupures dans l’environnement et la culture? Les dépenses farfelues en armement? Avait-ils prévenus leurs électeurs minoritaires qu’ils allaient museler la presse? Qu’ils censureraient l’accès à l’information? Qu’ils ouvriraient leurs portes aux groupes ultra-religieux? Qu’ils mettraient en poste des ministres hyper-juniors? Qu’ils utiliseraient l’argent de leurs ministères pour faire la promotion de leur option conservatrice? Qu’ils distribueraient des Jos Louis à nos militaires partis chasser le Taliban?

Ils avaient surtout promis honnêteté, transparence et moralité. Heum. Heum…

Le Premier conservateur s’était-il aussi engagé à inaugurer un Tim Horton à Oakville plutôt que d’assister à l’Assemblée générale de l’ONU à New York? Avait-il promis qu’il aurait tellement peu d’intérêt pour le Québec qu’il le considèrerait presque comme un sous-territoire? Joli gouvernement que nous avons.

Et j’en passe, des brunes et des pourries.

Non seulement le gouvernement Harper n’a pas tenu ses promesses mais il a sabré dans les acquis du « plus meilleur » pays comme si celui-ci lui appartenait. Alors qu’il était, je vous le rappelle, MI-NO-RI-TAIRE.

Profitons de la période des promesses pour rêver d’un pays utopique et merveilleux, parce qu’après, on risque bien d’être déçu.

Chronique publiée dans BRANCHEZ-VOUS

Le monde a-t-il perdu la tête?

La Belgique n’a toujours pas de gouvernement. La Côte d’Ivoire a deux présidents. La Libye est dirigée par un colonel fou. Les pays arabes se soulèvent les uns après les autres contre leurs dirigeants corrompus. Et le Canada s’apprête à réélire un gouvernement conservateur militaire, oups, je voulais dire minoritaire*. Lire la suite de « Le monde a-t-il perdu la tête? »

Le brutes

D’habitude, je n’aime pas trop la police, sauf à la télé dans la peau de Claude Legault. Tout ce qui porte un uniforme me donne en général de l’urticaire et en particulier la fâcheuse envie de lui ramollir la matraque. Mais hier, lors de la manifestation anti-brutalité policière, c’est du côté des forces constabulaire que pour une fois mon cœur a penché. Lire la suite de « Le brutes »