Hockey: plus de cons que de tact

On en a beaucoup parlé. On en parlera encore beaucoup. En parlera-t-on jamais assez? Le hockey est notre sport national, il est normal qu’il fasse les manchettes, qu’il squatte les ondes, qu’il préoccupe les élus et qu’il monopolise les conversations. Surtout après la déplorable mise en échec, pardon l’euphémisme on devrait plutôt dire mise à mort, de Max Pacioretty par Zéro Chara.

En fin analyste qu’il est, le commentateur de RDS qui a un nom de pharmacien et commentait la joute en direct mardi a déclaré tout de go comme pour justifier l’agression barbare qui a mis Pacioretty au tapis, que le hockey était, je cite, «un sport de contact».

Je constate surtout qu’il y a plus de cons que de tact.

Tout le monde, à part quelques brutes des cavernes et les bonzes de la LNH, s’entend pour dire que la violence extrême et gratuite que nous affligent les professionnels de la rondelle n’a plus sa place sur la glace.

Et pourtant, il y a toujours autant de gérants dans les estrades et de téléspectateurs dans les canapés pour assister à trois périodes de pugilats puériles et d’assauts sanglants.

Le hockey n’est pas comme ces sports de fillettes qui se jouent en culottes courtes quand il fait beau sur de verts pâturages fraîchement tondus. C’est un sport viril qui se pratique à la dure, comme le camping sauvage, l’initiation universitaire ou le buffet froid à volonté dans les bars de danseuses. Mais est-ce une raison pour agir en assassin?

Quelle image de l’esprit sportif vont donner à nos enfants les millionnaires du slap shot en se tapant ainsi sur la gueule alors qu’il n’y a même pas de pétrole sous la glace?

Notez que cet incident déplorable, comme pourrait dire un porte-parole politiquement bien intentionné, a ironiquement eu lieu la Journée Internationale de la femme.

De là à dire que le tact est féminin et la connerie est masculine, il n’y a qu’un pas que votre serviteur n’hésitera pas à franchir comme si c’était une ligne bleue au risque d’être hors jeu.

 

Chronique publiée dans BRANCHEZ-VOUS.com

Publicités

3 commentaires sur « Hockey: plus de cons que de tact »

  1. Mon petit Pascal, pourquoi ne pas te contenter d’ecrire sur ce que tu connais au lieu d’ecrire des torchons sur la chasse et le registre ? Tu n’as probablement jamais tenu une carabine a plomb dans tes mains de ta vie et tu ne connais pas la difference entre une carabine pis un balai… Moi, quand il y a un sujet que je ne connais pas, je ferme ma yeule. Es-tu vegetarien, toi ? Je gage que non. Le registre n’a jamais sauve une seule vie. La preuve, Kimveer Gill avait des armes sur le registre et il avait un permis de transport lui permettant de transporter ses armes a feu de son domicile a son club de tir. Pourtant, ca ne l’a jamais empecher de tirer sur des gens au College Dawson. L’ignorance, je peux pardonner, mais quand des petites gens comme toi s’attaquent gratuitement aux chasseurs et aux tireurs sportifs, ca je n’accepte pas. Je ne t’empeche pas d’aller te branler aux bingos a Mado Lamothe sur le Plateau ou de caresser ton Blackberry en sirotant un cafe sur une terrasse. Fait que crisse la paix aux chasseurs, aux gens de la campagne qui aiment la chasse pis reste dans ton crisse de beton avec tes fifs ! Va mettre ta creme de nuit pis ferme ta yeule.

    Merci bonsoir !

    Jack

  2. J’ai bien lu votre article. Rien dans ce texte n’indique que vous avez du respect pour les chasseurs. C’est de la pure provocation et vous faite preuve de mépris envers les chasseurs. Je reprends votre première phrase :

    « Qu’est-ce qui les dérange les chasseurs, les braconniers, les trappeurs et les tueurs en série d’animaux sauvages ? ». C’est respectueux des chasseurs ça ? Dites-moi, si cette phrase est respectueuse des chasseurs Monsieur Henrard. Vous connaissez les chasseurs et vous les respectez ? Vraiment ?

    Je reprends une autre phrase de votre torchon : « N’est-il pas normal qu’ils inscrivent leurs engins de mort comme d’autres doivent inscrire leurs moyens de transport ? ». C’est respectueux des chasseurs ça ?

    Votre discours, c’est celui d’un métrosexuel qui vit en milieu urbain. Vous jugez les gens du milieu rural et de milieux plus éloignés sans vraiment les connaître. Vous le dites vous-mêmes, la chasse vous rappelle l’époque des coureurs des bois, alors que les hommes ne pensaient pas encore à mettre de l’anti-sudorifique. Vous faites partie de la race des hommes féminisés qui accordent de l’importance à leur odeur, à leur apparence physique, à la douceur de leur peau, aux objets de luxe, à la vie culturelle en milieu urbain, à la poésie. C’est votre choix. Je ne vous juge pas parce que vous êtes un passionné de poésie, de crèmes de nuit, d’appareils de communication à la fine pointe de la technologie tels que des Blackberry et des iphone, de beaux vêtements griffés, de restaurants huppés, etc.

    « Le registre des armes à feu nous replonge dans les temps immémoriaux de la conquête de l’Ouest et des coureurs des bois où l’homme qui ne se préoccupait pas encore de mettre du déodorant sous les bras devait chasser la queue de castor et cuisiner l’écureuil selon la recette de Jehanne Benoît pour subsister. »

    De plus, il est clair que vous n’avez aucune connaissance de la législation en matière d’armes à feu au Canada. Saviez-vous que le registre a été adopté dans les années 1990 ? Ce n’est certainement pas une tradition d’un autre temps que de posséder des armes à feu sans registre au Canada. C’est Allan Rock du parti libéral fédéral en 1996 qui a réussi à faire adopter le registre pour montrer aux Canadiens que LUI prenait leur sécurité à coeur. C’était encore une fois une décision purement politique pour aller chercher des votes. Ça n’a rien à voir avec les temps immémoriaux de la conquête de l’Ouest et des couruers des bois qui ne mettaient pas du déodorant.

    Par ailleurs, une autre phrase de votre texte souligne votre profond mépris envers les chasseurs et envers les gens qui ont compris que le registre des armes à feu est une dépense inutile :

    « Avec l’avènement des chaînes spécialisées et des émissions de cuisines animées par des chefs avec des chemises de designers, nous sommes passés à autre chose. »

    Concernant les émissions de cuisine, justement, la cuisine est une des raisons pour laquelle beacoup de Québécois aiment la chasse. Ils peuvent par la suite cuisiner les viandes qu’ils ont eux-mêmes récoltées dans la forêt. Ces tueurs en série d’animaux comme vous vous plaisez à les appeler ont la maturité de se responsabiliser vis-à-vis leur consommation de viande contrairement à des métrosexuels de votre genre qui hypocritement se disent outrés face à la chasse, mais qui n’hésitent pas à faire le tour des comptoirs de stainless steel chez IGA pour sélectionner les meilleures pièces de veau…

    Et les chemises de designers, et le foutu anti-sudorifique, on n’en a absolument rien à cirer ! C’est un discours d’homme féminisé. J’aurais honte d’écrire de telles conneries publiquement être à votre place. Pas croyable !

    En terminant, j’aimerais que vous m’expliquiez le rapport que vous établissez entre le registre des armes à feu et un registre des pédophiles. Aucun rapport à mon avis. Le registre des armes à feu sert aux autorités policières à connaître le type d’armes que les honnêtes citoyens possèdent. Le registre criminalise d’honnêtes citoyens comme moi qui s’empressent de se soumettre aux lois et à renouveller leur permis. Les gens qui ont des armes à feu inscrites au registre ne sont pas des criminels, autrement, les autorités leur retireraient leurs armes à feu et leur permis. Pourtant, vous les comparez à des criminels puisque vous comparez leur registre au registre de pédophiles qui eux sont des criminels.

    Votre discours manque de maturité. Vous semblez jeune encore. Vous devriez faire attention à ce que vous écrivez, car vous trahissez votre manque de logique, de pertinence et votre immaturité publiquement. Je vous suggère d’écrire sur ce que vous connaissez vraiment et d’arrêter d’utiliser votre pseudo-popularité pour faire vos crises de grande folle publiquement. Informez-vous avant d’écrire sur un sujet sur lequel vous n’avez pas de connaissances. Votre image s’en portera mieux.

    Cordialement,

    Jack

  3. Jack veut bien entendu commenter mon article sur le registre des armes à feu.
    Il pense que je n’ai, je cite, « probablement jamais tenu une carabine a plomb dans tes mains de ta vie et tu ne connais pas la difference entre une carabine pis un balai ». S’il savait que j’ai appris à monter et démonter un fusil auto-mitrailleur les yeux bandés en moins de 30 secondes, il modèrerait sans doute ses propos.
    Il dit « crisse la paix aux chasseurs, aux gens de la campagne qui aiment la chasse pis reste dans ton crisse de beton avec tes fifs !  » Ça fait peur de voir que quelqu’un qui possède une arme manque autant de sang-froid que Jack.
    Il dit aussi « Vous semblez jeune encore. » et ça, évidemment, ça me fait très plaisir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s