La guerre dont personne n’avait entendu parler

Dans son souci constant de réviser l’histoire et de refaçonner l’image du Canada, le gouvernement Harper investira en 2012 l’argent qu’il ne met pas ailleurs pour glorifier une guerre inconnue et mettre les affaires militaires sous les feux de la rampe.

2012 est, on ne peut pas se le cacher, l’année du bicentenaire de 1812. Comme 2011 était celle de 1811 et 2013 sera celle de 1813. C’est mathématique.

J’ai bien interrogé mon entourage, mes amis universitaires, des connaissances férues d’histoire. Mais personne n’a pu me dire que 1812 avait été une année charnière dans la brève histoire du Canada ni même qu’une grande guerre y avait fait rage.

Les médias nous ont pourtant rapporté que le gouvernement conservateur voulait dépenser des millions, beaucoup de millions, pour faire la promotion de l’héritage militaires du Canada et acclamer le bicentenaire de la guerre de 1812.

Cette guerre aurait-elle été omise de nos livres d’histoire par un grand complot pacifico-culturello-gaugauchisant? Les historiens auraient-ils fait preuve de laxisme en oubliant de flatter le Canadien dans le sens du poil de castor? Ou bien cette guerre n’aurait-elle tout simplement pas eu plus d’importance qu’une querelle de taverne ou un épisode de rage au volant à l’échelle de l’immensité de l’Histoire de l’humanité?

Toujours est-il que dans cette guerre qui a, comme tant d’autres, vraiment eu lieu, la Grande-Bretagne s’est battue avec les États Unis d’Amérique. Pif! Paf! Pan pan! Les hostilités n’ont fait, après prolongations et tirs au but, aucun vainqueur. Pourtant, les historiens de Stefen Harper considèrent ce pugilat comme étant fondateur de la nation canadienne.

C’est pourquoi ils vont nous envahir avec nos taxes à grands coups de spectacles militaires, de chorégraphies belliqueuses, de pyrotechnies martiales et même d’un concours de dessins à l’intention des enfants sur le thème «1812: la lutte pour le Canada».

Avec les célébrations du bicentenaire de 1812, 2012 sera donc l’année d’une nouvelle ère, celle de la glorification de la guerre par un état qui investit dans les armes plutôt que dans les arts.

C’est un choix.

Texte publié dans BRANCHEZ-VOUS

Publicités

Un commentaire sur « La guerre dont personne n’avait entendu parler »

  1. Et bien si tes amis universitaires ignoraient jusqu’à l’existence de la guerre de 1812 ils feraient mieux de se poser des questions sur le sérieux de l’éducation dispensées dans leur universités.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s