Il n’y a pas de fumée

Ce matin, l’explosion de trois bombes fumigènes dans trois stations de métro de Montréal a paralysé l’ensemble du réseau. J’ai suivi ça à 6000 km de distance. Comme si j’y étais pendant que vous y étiez peut-être.

Certains ont pris ça avec philosophie. Une heure de marche, ça n’a jamais fait de mal à personne. Au contraire, tous les experts s’entendent que dans une société comme la nôtre portée sur le surplus de poids et la poutine au foie gras, un peu d’exercice est des plus salutaires. Certains même se voyaient déjà prêts à partir sur les Chemins de Compostelle.

Mais les gens pressés ne sont pas entraînés à marcher.

Et la majorité de ceux qui s’exprimaient sur Facebook ou sur Twitter ce matin l’ont plutôt trouvée pas drôle.

On ne bouscule pas les habitudes des navetteurs sans déclencher l’ire de quelques uns.

Prompte à tirer des conclusions sans réfléchir, une conseillère de Line Beauchamp a tout de suite parlé de terrorisme (notez qu’elle a effacé son tweet accusateur écrit à 9 h 04) alors qu’on ne parlait dans les médias que de quelques bombes fumigènes.

Il est assez ironique de constater que le gouvernement a cautionné les violences de Victoriavile le week-end dernier et qu’on nous fait tout de suite croire à des actions concertées de terroristes entraînés ce jeudi.

Peut-on prendre le temps de respirer par le nez SVP ? Je sais qu’entre les gaz lacrymogènes de la police Charest et les bombes fumigènes de… oui, de qui?, ce n’est pas facile de respirer par le nez sans masque.

Mais, au fait, à qui profite le plus l’immobilisation du métro en pleine heure de pointe? Aux milliers de travailleurs qui ont eu une bonne excuse pour arriver en retard à leur travail? Au taxi? À Bixi? Aux mollets des Montréalais? À la STM qui a pu faire une pause ? Aux étudiants qui portent leur lutte à bout de bras? Aux carrés rouges ? Aux carrés verts ? À Jean Charest qui veut faire des élections quand il pourra les gagner?

Avant de conclure que les bombes fumigènes ont été lancées par de vilains chenapans qui séchaient les cours, il faut aussi se rappeler que Line Beauchamp a mis le feu aux poudres il y a plusieurs semaines déjà, que Jean Charest a jeté de l’huile sur le feu avec ses blagues douteuses au salon de la mariée du Plan Nord et que Pierre Reid, ex mauvais ministre de l’éducation, a récemment soufflé sur les braises. Après on s’étonne qu’avec tous ces pyromanes il faille appeler les pompiers.

Le peuple est fatigué des manifestations.

Mais il est aussi fatigué de l’équipe Charest, de la corruption, des élections à dates erratiques, quand ça arrange le mieux les stratèges du gouvernement, le peuple est épuisé d’une situation qui s’embourbe et d’un premier ministre qui fait preuve de leadercheap, très très cheap.

Aujourd’hui, ils étaient combien à marcher dans la rue? Combien à pester contre la pluie, contre le beau temps, contre la STM, contre les étudiants, contre le gouvernement, contre la police, contre les nuits trop courtes et les jours trop longs, contre ce petit bedon qui les empêchaient de marcher plus vite, contre le prix de l’essence, contre,… On devrait les comptabiliser parmi les manifestants. Eux aussi étaient des mécontents.

Texte publié dans Urbania
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s