Merci Élizabeth

S’il y a une chose qu’on aime au Québec chez la Reine du Canada, c’est bien sa fête.

En effet, toutes les raisons sont bonnes pour avoir congé. Et le lundi précédant le 25 mai qui souligne l’anniversaire de naissance de cette bonne vieille reine Victoria ne fait pas exception à la règle.

Avant 2003, ce fameux lundi n’était pas seulement l’occasion d’aller faire le ménage au chalet ou de tester le matériel de camping dans un Parc de la Sepaq, c’était surtout la Fête de Dollard. Notez que celle-ci n’a rien à voir avec l’argent qui nous brûle les doigts, qui s’évapore en taxes de toutes sortes et que nous prenons tant de temps à gagner à la sueur de notre ordinateur pas plus qu’elle n’a à voir avec la chaîne populaire de magasins de bébelles cheap fabriquées en Chine. La Fête de Dollard a en effet été créée dans les années 1920 par des petits malins afin de concurrencer le célèbre Victoria Day et souligner l’existence de Bob Dollard un célèbre joueur de poker.

C’est formidable tout ce qu’on apprend comme chose sans même devoir visiter Wikipedia, vous ne trouvez pas ?

Aujourd’hui, l’ex-Fête de la Reine n’est donc même plus la Fête de Dollard, c’est plutôt la Fête des Patriotes ou, plus précisément, la Journée Nationale des Patriotes à ne pas confondre avec la Soirée du hockey.

Rappelez-vous, le Canada a été imposé aux colons d’autrefois comme une hausse des frais de scolarité à des étudiants avides de savoir: par la force des armes et le poids des larmes. Nos, ou plus exactement vos, mais vous êtes assez accueillants pour me dire que je fais désormais partie de votre famille, donc nos arrières-arrières-grands-pères, peu nombreux, mal dirigés, mal armés et mal habillés ont affronté l’armée la plus puissante du monde. Équipés de fourches, de canifs, de fusils de chasse à une époque où le registre des armes à feu n’avait pas encore été aboli, puisqu’il n’existait pas encore, et de leur courage, ils se sont fait battre par les loyaux troufions de Sa Majesté. Toute analogie avec la bataille de Victoriaville d’il y a deux semaines est bienvenue quoiqu’un peu décalée.

Les patriotes ont sacrifié leurs vies et leurs libertés pour que leurs descendants et leurs voisins soient libres dans un pays à eux et puissent profiter de jours de congé pour prendre le temps de vivre et aller magasiner. On peut bien les remercier et prendre congé à leur santé.

Soyons fiers de notre passé et honorons sa mémoire en faisant la sieste ou en débouchant une bonne bière bien de chez nous en attendant que l’actuel gouvernement décide de rebaptiser pour la quatrième fois ce jour de congé en l’appelant désormais la Fête nationale de l’enveloppe brune ou le jour national du copinage.

Texte publié dans Urbania
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s