Prendre ses cliques et ses claques… #eurotrip2CV

Texte publié dans Urbania le 19 juin

51c1d990c66ce_large-1On va quand même pas se faire chier toute la vie en attendant la mort, non? À quoi ça sert d’avoir des rêves si c’est pour ne jamais les réaliser ailleurs que dans son lit?

Je rêvais de faire un grand voyage avec mon fils avant qu’il ne me trouve trop vieux, trop gros, trop con. (Entre nous, je me demande d’ailleurs s’il ne me trouve pas déjà un peu trop vieux, trop gros, trop con.) Quand est-ce que dans la vie on prend le temps de vivre au lieu de courir comme des poules pas de tête ou des candidats à la mairie de Montréal sans idée?Ensemble, on a donc décidé de prendre du recul sur la morosité québécoise et d’aller voir ailleurs si c’était mieux qu’ici.

J’avais déjà fait le tour du monde en Westfalia pour Urbania. Mais je n’avais pas été assez loin à mon goût. Nous avons donc choisi cet été de faire le tour de l’Europe à bord d’une Citroën 2CV 1972. La pauvre vieille attend depuis trop longtemps dans une grange des Vosges que je lui fasse découvrir le monde.

Pour faire un lien subtil avec le dernier numéro d’Urbania qui vient de sortir en kiosque, prendre la route, c’est prendre la rue à long terme. (Fin de la parenthèse publicitaire)

On veut, Clovis et moi, retrouver nos racines en Belgique. Voir à quoi ressemble l’esprit libre des Hollandais. Comprendre pourquoi le Danemark fait partie des nations les plus heureuses de la planète et, surtout, concrétiser un rêve de petits garçons en visitant Legoland. Traverser l’Allemagne unifiée, constater sa puissance et, pourtant, sa fragilité. Voir comment la Tchéquie et la Slovaquie ont réussi à se séparer sans se déchirer. Admirer les beautés et les richesses passées de l’Autriche. Comprendre la montée de l’extrême droite en Hongrie. Explorer la Transylvanie et les châteaux de Roumanie. Faire peut-être un saut en Moldavie. Traverser la Bulgarie comme on traverse un pont entre l’Occident et l’Orient. Plonger dans les fondements de notre civilisation en Grèce. Traverser des pays neufs qui sont récemment entrés dans le concert des nations, la Macédoine, l’Albanie, le Monténégro, la Croatie, la Slovénie. Revoir l’Italie. Découvrir les secrets du Liechtenstein. Parcourir encore une fois la Suisse. Voir ce que la douce France est devenue. Passer par le richissime Grand Duché du Luxembourg,..

On a choisi de prendre l’Europe par l’Est et de laisser la péninsule ibérique aux touristes en mal de playa, de sangria et de castagnettes. Mon papa de 77 ans nous rejoindra à Athènes. Trois générations de Henrard sur les routes du vieux continent.

Une vingtaine de pays, plus de 8500 kilomètres de bitume, de pavés, de cailloux et de découvertes. Ma blonde et ma fille sont formidables. Elles nous laissent courir les routes avec un pincement au cœur. Mais elles savent qu’après chaque départ déchirant, il y a les étreintes intenses des retrouvailles.

Paris, Bruxelles, Amsterdam, Berlin, Prague, Vienne, Budapest, Bucarest, Sofia, Athènes, où nous irons voir Roger Waters nous faire The Wall en concert, puis Dubrovnik, Split, Trieste, même la petite bourgade de Liechtenstein… des grandes capitales, des villes mythiques, des pans entiers de l’histoire de l’Occident. Mais aussi des petits villages improbables, des routes de campagnes plus souvent que des autoroutes, des montagnes, des frontières, des rivages encore sauvages, des vallées industrielles, des châteaux légendaires, des ruines antiques,…

Des campings, des chambres chez l’habitant, des nuits chez des amis, des auberges de jeunesse (quand on a l’âge de ses idées, on oublie celui de ses artères), des bancs de parcs, une maisonnette sur les bords de la mer de Corinthe, des appartements avec vue sur l’Adriatique,… Nous dormirons là où le chemin nous portera.

Si le moteur flat twin refroidi à l’air de l’antique 2CV ne nous lâche pas en chemin, nous bouclerons la boucle avec le sentiment d’avoir assaisonné notre vie avec le goût du temps qui passe.

Nous ne reviendrons ni meilleurs, ni plus intelligents. Nous reviendrons les yeux chargés de souvenirs et le cœur rempli de rencontres. Qu’est-ce que ça nous aura appris sur nous? Sur les autres? Sur la vie? Sur le monde?

Je vous propose de raconter ce périple ici. Ça vous changera de mes jérémiades hebdomadaires (mais on n’est pas à l’abri d’une crevaison), de mes coups de gueules sur la connerie humaine (mais on ne sait jamais sur quel douanier obtu on peut tomber) et de mes constats étonnés sur la vie qui nous file entre les doigts (à la vitesse à laquelle on va rouler, ça risque même de ne pas filer beaucoup).

Échapper au quotidien et retrouver le sens des choses… N’est-ce pas à ça que servent les vacances?

Je vous laisse avec les déboires de Montréal, la commission Charbonneau, la lente descente aux enfers des Conservateurs, les ponts qui s’effritent, les frites qui engraissent, les Péquistes qui patinent, la CAQ qui caquette, la chaleur étouffante et les orages tropicaux… Je reviens le 5 septembre. À temps pour les élections municipales et, qui sait, des élections provinciales.

Si vous ne lisez pas ici le récit chaotique d’un voyage père-fils puis fils-père, tant mieux! C’est que vous profitez vous aussi de l’été. Et de la vie.

Mon fil Twitter tournera au ralenti pendant les vacances, mais vous pouvez quand même monter à bord : @pascalhenrard

Je posterai, comme on envoie des cartes postales, quelques images de ce voyage sur Instagram, sur Twitter ou même sur Facebook avec le mot clic #Eurotrip2V

A propos Pascal Henrard

Associé, créateur de contenu, Esprit de Marque. Auteur (Hurtubise, Isatis, Phoenix). Chroniqueur (Huffington Post, Urbania), scénariste (Télé-Québec, Radio-Canada), concepteur-rédacteur
Cet article, publié dans Personnel, Urbania, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s