Faire le plein. Encore et encore #Eurotrip2CV

Texte publié dans Urbania le 11 juillet

51deba12cbc0a_large-1

La Citroën 2CV 1972 ne consomme pas plus de 5 à 6 L au 100 km. 40 ans après sa construction, ça en fait encore une des plus économiques de sa catégorie. Six litres d’essence pour faire cent kilomètres, c’est peu, mais c’est trop.

Chaque fois que je fais le plein, et je le fais souvent avec le petit réservoir de 20 litres, je pense à notre trop grande dépendance au pétrole.Au bout de notre périple, j’aurai brûlé 500 litres d’essence, peut-être plus. Près d’une demi tonne de carburant pour le simple plaisir de découvrir l’Europe avec mon fils! J’aurai rempli le réservoir 29 ou 30 fois (note aux forts en math : je n’attends pas d’avoir vidé les 20 litres pour retanker). J’aurai pollué des villes, asphyxié des tonnes d’oxygène, encrassé des poumons… J’aurai enrichi des multinationales du pétrole, dépensé des euros, des couronnes, des florins, des lekë et des kunas qui auraient pu servir à bien d’autres causes.

Combien de forêts détruites, de faune exterminée, d’océans souillés, de millions de kilomètres carrés de terres définitivement salopés au profit d’une poignée d’actionnaires cupides et pour le plaisir de milliards d’automobilistes pressés?

Pourtant, comme eux, je continue de rouler encore et encore. Entre Amsterdam et le Danemark, de Legoland à Lübeck en longeant la mer Baltique, entre Berlin et Prague en passant par Dresden,…

Et puis j’ai entendu parler de cette catastrophe qui ressemble à un attentat dans un des plus beaux villages du Québec. Un train fou rempli de tonnes de pétrole explosif qui anéantit des vies, des maisons, des destins, des histoires.

En 2013? Alors que nous vivons une époque d’hyper sécurité? Alors qu’il y a dans les aéroports des machines qui vous scannent de la tête aux pieds? Alors que dans certains musées et certaines écoles vous devez passer au détecteur de métal? Alors que les États-Unis peuvent écouter la moindre de vos conversations? Alors que vous êtes obligés de mettre une barrière autour de votre piscine? Alors qu’on donne des contraventions aux gens qui n’ont pas verrouillé leur auto? Un train bourré d’explosif sans chauffeur, sans surveillance, sans frein de sécurité, sur une vieille voie ferrée pourrie qui traverse des villes et des villages?

C’est encore possible?

C’est encore possible. Parce que nous avons besoin du pétrole comme un junkie a besoin de sa dose.

Et je continue de rouler à travers les montagnes sudètes, dans la campagne de Bohème, sur les petites routes de l’ancienne Moravie, dans les rues imposantes de l’impériale ville de Vienne, le long du Danube… Je continue de brûler du pétrole, de faire le plein encore et encore. Comme tous les junkies du monde.

****

Me suivre sur Twitter ne consomme pas d’essence: @pascalhenrard

Je posterai quelques images de ce voyage sur Instagram, sur Twitter ou même sur Facebook avec le mot clic #Eurotrip2V

A propos Pascal Henrard

Associé, créateur de contenu, Esprit de Marque. Auteur (Hurtubise, Isatis, Phoenix). Chroniqueur (Huffington Post, Urbania), scénariste (Télé-Québec, Radio-Canada), concepteur-rédacteur
Cet article, publié dans Personnel, Urbania, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s