Veille de lendemain de veille

Hier la soirée était belle. Trop pour se la faire gâcher par une démocratie pervertie par l’économie et engourdie par l’hyperconsommation.

Je voulais m’éloigner du tumulte inutile de la soirée électorale, de la débâcle prévisible du PQ et du retour prématuré des Libéraux corrompus et profiteurs.

Il fallait trouver un endroit assez loin pour ne pas avoir accès aux ondes maléfiques porteuses de cynisme et de tristes nouvelles. Mais pas trop pour pouvoir revenir vite travailler pour payer les taxes et les impôts.

Je suis parti à Burlington avec Céline Carbonneau dont c’est aussi l’anniversaire le 8 avril. J’aurais voulu emmener Clovis, mon cadeau d’anniversaire il y a 15 ans. mais il crachait ses poumons dans son lit.

Le Lac Champlain était encore gelé. Au loin, les Adirondacks basculaient dans le monde des ténèbres alors que le soleil se couchait derrière les nuages qui s’accumulaient au dessus du Québec.fdcb3650beac11e39c4c12032296cf75_8

Des passants insouciants couraient en short. Des couples rentraient tranquillement chez eux. Des grappes d’étudiants cherchaient un bar, un restaurant. Ici une dame avec un chien. Là des amoureux qui se tiennent la main.

Céline n’était jamais venue à Burlington. Elle était aussi trop contente de partager avec moi sa vie, ses rêves, ses milles projets… Nous avions du temps de confidences à rattraper.

3524d330bebd11e3b99b0002c9e02096_8

Après une pizza à l’incontournable American Flat Bread et les pintes de bière brassée sur place (ils ne vendent malheureusement plus de Local One), nous avons marché longtemps dans les rues tranquilles de la ville. C’était encore un peu Noël sur Church Street. La douceur du soir avait pourtant des airs de printemps.

fc51154ebebe11e39b7d1242f82131a8_8

Puis, comme devant un bulletin de vote, il a fallu encore choisir. Cette fois le choix était plus doux: salted caramel, peanut butter fudge, Americone, Cheesecake Brownie… tout un programme. On sort toujours gagnant de chez Ben&Jerry’s.

4608eb10bec111e3b9a712e240cedc41_8

 

À la frontière, le douanier canadien était un peu bête. J’ai allumé la radio sur la route vers Iberville. Gaétan Barette était notre nouveau ministre de la santé, Couillard promettait un gouvernement intègre, Pauline Marois avait perdu Charlevoix.

J’étais content de ne pas avoir dû subir une soirée d’attente pour un si triste cadeau.

 

A propos Pascal Henrard

Associé, créateur de contenu, Esprit de Marque. Auteur (Hurtubise, Isatis, Phoenix). Chroniqueur (Huffington Post, Urbania), scénariste (Télé-Québec, Radio-Canada), concepteur-rédacteur
Cet article, publié dans Personnel, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s