Faites votre chèque au receleur général…

antiNous vivons dans une société menée par le fric et détournée par le pognon. Je ne vous apprends rien. Mais vous êtes vous déjà demandé où allait tout cet argent que vous deviez verser périodiquement au receleur général, au ministre du revenu, aux municipalités, aux commissions scolaires et autres puits sans fond ?

Après la saison des taxes municipales, celle des impôts, puis celle de la taxe scolaire,… Ça n’arrête jamais.

On débourse chaque année de plus en plus de dollars en taxes municipales. Elles doivent servir à un tas de choses qu’on ne fait plus nous-même, comme ramasser notre petite poubelle mensuelle, déneiger partiellement notre rue, déglacer trop tard notre trottoir. Elle servent aussi à payer notre bonne police qui n’aime pas les gratteux de guitare, à aménager quelques parcs dont le règlement ne nous permet pas de profiter après 10h du soir, à remplir des piscines qui ouvrent deux mois par année, à ouvrir des bibliothèques fermées le dimanche, à organiser des festivals qui ne nous amusent pas et, surtout, à faire fonctionner des fonctionnaires qui n’ont pas toujours l’air de fonctionner à leur pleine capacité…

On paye aussi chaque année des taxes scolaires qu’on ait des enfants ou non, pour des écoles dont les toits coulent et les profs croulent sous le travail.

On finance également nos deux gouvernements pour des routes trouées et des ponts qui s’effondrent. On se fait ponctionner par les impôts pour faire la queue devant des médecins blasés. On donne une partie de notre salaire pour aider des entreprises à faire plus de profits. On paye encore pour des écoles à qui on pensait déjà avoir payé une taxe scolaire, et j’en passe…

On paye encore un permis pour changer des vieilles fenêtres qui laissaient passer la neige, un permis pour stationner notre auto mais devoir la changer de bord 2 fois par semaine, un permis pour couper un arbre qui menaçait de s’écraser sur le toit du voisin, un permis pour améliorer le confort des locataires, un permis pour embellir notre environnement,…

Au bout du compte, on déverse nos petites économies en taxes de toutes sortes en espérant naïvement que les gestionnaires qui ont reçu nos nombreux chèques vont en faire bon usage.

On espère toujours.

À peine assis sur le trône encore chaud de Pauline Marois, Philippe Couillard et son nouveau gouvernement nous annoncent des coupures dignes du régime Harper.

On se dit: «Super ! Après des décennies de folles dépenses, de lobbyistes profiteurs et de corruption sale, notre bon gouvernement va enfin faire des économies et baisser le fardeau fiscal des honnêtes citoyens.»

En attendant qu’il le baisse vraiment, «veuillez faire votre chèque à l’ordre du receleur du Canada…»

Texte publié dans le Huffington Post.

A propos Pascal Henrard

Associé, créateur de contenu, Esprit de Marque. Auteur (Hurtubise, Isatis, Phoenix). Chroniqueur (Huffington Post, Urbania), scénariste (Télé-Québec, Radio-Canada), concepteur-rédacteur
Cet article, publié dans Huffington Post, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s