Et la politesse, bordel?

RockerPasMechantCombien de fois faut-il le répéter? On ne tutoie pas les inconnus, on enlève sa casquette quand on entre quelque part, on attend que tout le monde soit servi pour manger la soupe et on dit merci quand on reçoit quelque chose. C’est quand même pas compliqué d’être poli. Et en plus, c’est charmant.

Les impolis ne se rendent même plus compte de leur manque de savoir-vivre. Ils sont devenus tellement nombreux qu’ils pensent que l’incivilité est la normalité et que la grossièreté est le nouveau trend. Prenez ceux qui téléphonent sans annoncer qui ils sont. C’est la génération afficheur/je m’en fiche, celle qui sait que vous savez qui c’est avant même d’avoir décroché. Pourquoi se présenter pensent-ils? Les pires, ce sont ceux qui vous appellent et qui vous demandent sans autre forme de préambule «qui parle?». Il leur faudrait un afficheur inversé, celui qui affiche le nom de celui que vous appelez.

L’invention du courriel, outre le fait qu’elle vous permet de passer des heures à répondre à des gens qui vous écrivent pour vous dire qu’ils n’ont pas le temps de vous écrire mais qu’ils vont vous appeler pour organiser une réunion afin d’en parler, l’invention, disais-je plus tôt, du courriel a complètement effacé toute trace de bienséance et d’étiquette épistolaire. Ni «bonjour», ni «merci», ni «au plaisir de vous revoir» et encore moins de «cordialement». Au mieux un «salut», au pire un «à+».

La politesse est l’élégance des pauvres, dit-on. C’est aussi la marque des bien élevés. Il me semble qu’on aurait moins de laideurs, moins de guerres, moins de violence si tout le monde était poli. On voit trop peu de militaires dire à un djihadiste armé jusqu’aux dents «après vous» et encore moins de Hells Angel empressé dire «merci» au policier qui l’arrête. Si tous ces gens bons faisaient preuve de politesse, il y aurait moins de coups, moins de pleurs, moins de haine, moins de peine.

Un monde meilleur commence par un mot gentil, un bonjour, un merci.

C’est naïf, mais d’avance je vous remercie de tous les gentils commentaires polis que vous allez poster ici. Je vous fais confiance, vous le ferez avec cette finesse et cette courtoisie qui vous distinguent.

Texte publié dans le Huffington Post

A propos Pascal Henrard

Associé, créateur de contenu, Esprit de Marque. Auteur (Hurtubise, Isatis, Phoenix). Chroniqueur (Huffington Post, Urbania), scénariste (Télé-Québec, Radio-Canada), concepteur-rédacteur
Cet article, publié dans Huffington Post, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Et la politesse, bordel?

  1. Screetch dit :

    Bonjour Pascal. Je suis dans l’ensemble d’accord avec ce billet sauf sur un point, le tutoiement. Pour moi, le vouvoiement est justement le symbole de l’irrespect, c’est placer une inégalité entre les gens. Quelqu’un qui me vouvoie me renvoie implicitement qu’il met une barrière infranchissable entre lui et moi. Au contraire, le tutoiement direct permet de créer un lien aussitôt ce qui assouplie la conversation qui va suivre.

    Et pourtant, malgré ma façon de voir les choses, je ne peux m’empêcher de vouvoyer les gens que je ne connais pas et surtout ceux plus âgés que moi. C’est le poids de la culture qui fait ça. Mais, justement je travaille à essayer de supprimer ce vouvoiement insupportable. Le vouvoiement provient culturellement de la notion de subordination entre personnes. En tant qu’humaniste convaincu, cela me révolte qu’au XXIe siècle, que l’on en soit encore là.

    Je précise que je suis français, je parle par rapport à ma culture. Au Quebec, c’est peut-être un ressenti différent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s