Tintin, classé XXX ? Ou pire ?

n-TINTIN-AMERICA-large570Il y a huit ans, la chaîne britannique de librairies Borders a demandé à ses succursales de cacher Tintin au Congo dans la section pour adultes. Une association jugeant la célèbre BD raciste. C’est maintenant au tour deTintin en Amérique de recevoir l’opprobre d’un groupe de Winnipégois…

Il faut que je vous copie-colle les paroles des plaignants lorsqu’ils parlent très sérieusement de Tintin en Amérique: «Le livre dégage une vision péjorative des Autochtones… Les Indiens sont présentés comme des êtres sauvages et dangereux, des êtres que l’on doit craindre.» Ont-il lu le même livre que moi?

Si on écoutait les censeurs, on devrait jeter au feu Yakari, Kid Ordinn et tous les westerns de John Wayne.

Je vous rappelle que Tintin en Amérique est sorti en Belgique dans les années 1930. La BD d’Hergé était le reflet parfait de l’esprit de l’époque lorsqu’elle est parue dans le journal pour jeunes Le Petit Vingtième. À ce titre, elle fait partie du patrimoine culturel et historique mondial. Chaque album de Tintin est le témoin privilégié d’un bout de l’histoire du XXe siècle. On y parle de colonialisme, de dictatures, d’exploitation des ressources naturelles, de manipulation des populations par les multinationales du pétrole, de conquête de l’espace, de pillages archéologiques, de police secrète, de régimes totalitaires, d’armes de destructions massives, de découvertes scientifiques… Quelle œuvre grand public actuelle peut en dire autant ?

Tintin a donné à des millions de jeunes le goût de l’aventure, de la justice et de la différence. Malgré quelques maladresses dues à l’époque, Tintin est connu, aimé et respecté encore aujourd’hui dans le monde entier. Il a toujours pris la défense des plus faibles, il s’est toujours battu pour la justice.

Si les correcteurs politiques de Winnipeg avaient lu Tintin en Amérique un peu plus attentivement, ils auraient vu que le jeune reporter y est effrayé par le développement sauvage des cités américaines, qu’il s’inquiète du peu de considération des blancs envers les autochtones et qu’il se bat pour établir plus de justice dans ce pays aux mains d’Al Capone et de ses copains (les amis d’Al).

Si on bannit Tintin en Amérique ou si on le relègue au rayon des BD hardcore, Tintin au pays des Soviets mériterait le mépris de Poutine et un séjour en Sibérie, Le Lotus Bleu devrait se faire Hara Kiri, Les Cigares du Pharaon devrait être interdit aux moins de 18 ans, Tintin au Tibet ferait mieux d’aller méditer dans un monastère, Les Bijoux de la Castafiore pourrait se faire poursuivre par l’association des amateurs d’art lyrique… Sans parler du capitaine Haddock qui devrait s’inscrire aux Alcooliques Anonymes et Séraphin Lampion qui serait condamné à suivre des cours de savoir-vivre…

Sapristi, dans quelle époque vivons-nous?

 

Texte publié dans le HuffingtonPost

A propos Pascal Henrard

Associé, créateur de contenu, Esprit de Marque. Auteur (Hurtubise, Isatis, Phoenix). Chroniqueur (Huffington Post, Urbania), scénariste (Télé-Québec, Radio-Canada), concepteur-rédacteur
Cet article, publié dans Huffington Post, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s