S’ennuyer en regardant la pluie

Attendre en comptant les gouttes. Voir le trafic filer sans état d’âme. Remonter le col du manteau d’un geste inutile. Ajuster sa casquette, essuyer ses lunettes. S’ennuyer encore un peu. Étirer le cou pour guetter l’arrivée improbable de l’autobus. Ne plus savoir s’il est 7 ou s’il est 8 heures. Apercevoir à travers le filtre persistant des rêves qui ne veulent pas se réveiller la foule des navetteurs qui se pressent à l’arrêt. Attendre. N’avoir rien d’autres à faire qu’attendre. Comme avant les téléphones intelligents. Comme avant la guerre des chroniqueurs et l’épidémie de trolls. Comme au temps des trajets sur le pilote automatique où il fallait aller à l’école sans savoir pourquoi. Attendre.

16938541_10154212851607633_5258390711593915214_nEt finalement savourer ce moment d’oisiveté obligée.

Advertisements

A propos Pascal Henrard

Associé, créateur de contenu, Esprit de Marque. Auteur (Hurtubise, Isatis, Phoenix). Chroniqueur (Huffington Post, Urbania), scénariste (Télé-Québec, Radio-Canada), concepteur-rédacteur
Cet article a été publié dans Autres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s