Des blogueuses et des blogueurs du Québec à l’unisson pour Raif Badawi

Raif BadawiVous connaissez la situation insupportable du blogueur Raif Badawi, emprisonné en Arabie Saoudite depuis le 17 juin 2012 pour 10 ans, et condamné à 1000 coups de fouet pour avoir voulu s’exprimer librement. Lire la suite de « Des blogueuses et des blogueurs du Québec à l’unisson pour Raif Badawi »

Publicités

J’ai sept ans

Depuis 7 ans, c’est-à-dire 364 semaines ou 2555 jours, vous profitez dans BRANCHEZ-VOUS des bons (et des moins bons) mots que je partage avec vous. À travers plus de 720 chroniques, je vous ai livré sans compter mes états d’âmes, mes coups de gueules, mes rêves, mes impressions, mes oppressions, mes dépressions.

Depuis ce jour de février 2005 où l’audacieux et visionnaire Patrick Pierra m’a demandé d’écrire pour BRANCHEZ-VOUS, je me suis fait des amis, des ennemis, quelques admirateurs, beaucoup de détracteurs.

À cause de ma plume et des mots qu’elle prenait plaisir à distiller librement, j’ai bien modestement réussi à susciter parfois des débats houleux et enflammés, j’ai causé des dérapages pas toujours contrôlés, j’ai déclenché des avalanches de commentaires, j’ai heureusement aussi soulevé de temps en temps des questions et des réflexions.

Je me suis vite habitué à écrire deux à trois fois par semaine mes humeurs et mes opinions sur la société, le monde qui nous entoure, les gens qui dirigent nos destinées, la vie, la mort, le temps qu’il fait, la circulation, le passé, le présent, l’avenir,…

J’aime cette tribune libre où je n’ai été censuré qu’une seule fois en sept ans. J’avais écrit alors un billet où je demandais avec humour à l’animateur de radio Jeff Fillion de me poursuivre puisqu’il poursuivait en ce temps-là tout le monde et n’importe qui. Après avoir lu mon texte entre les lignes, son avocat m’avait menacé, comme je le souhaitais, de me poursuivre. Il ne l’a pas fait. Par prudence et peut-être manque de courage, nous avons retiré mon texte.

Au cours de toutes ces années, j’ai reçu une lettre méprisante du directeur des communications du Parti Libéral du Québec, une tartine lénifiante du vp affaires corporatives et institutionnelles de Quebecor Média inc., des tas de communiqués de presse plus ou moins bidons, des centaines de messages d’encouragement et de félicitations.

Pas de quoi pavoiser.

Je me suis souvent répété. Parfois par dépit de voir le monde qui ne bouge pas, parfois par manque d’imagination, parfois par déficit de mémoire. Je me suis aussi souvent attaqué aux mêmes cibles. Je pensais qu’à force de taper sur le même clou, il allait s’enfoncer. Des fois, c’est moi qui me suis enfoncé.

Le bruit agressif et stérile de certains commentaires m’a souvent découragé. Mais à côté de la minorité qui se plaint, il y a toujours la majorité qui aime mais qui ne dit rien.

Aujourd’hui, j’ai 7 ans, l’âge de raison dit-on. Mais est-on jamais raisonnable quand on écrit et, surtout, qu’on est lu?

Aujourd’hui, j’ai 7 ans et j’ai envie de crier avec tous ceux qui ne sont pas contents.

AJOUT : aujourd’hui, j’ai 7 ans, mais quand j’apprends le congédiement du directeur de l’information de Radio-Canada, la source d’information la plus crédible dans notre paysage médiatique concentré, je n’ai pas envie de fêter.

Texte publié dans BRANCHEZ-VOUS.