Youpomm ne manque pas de jus

YoupommQuand une marque de jus de fruits décide de créer du contenu complètement fou pour mettre l’eau à la bouche de ses clients potentiels, ça donne youpomm.com

Inspiré du site youporn.com* un site sulfureux que personne ne regarde mais que tout le monde connaît, youpomm.com joue avec tous les codes du genre sans verser dans le vulgaire. Des images léchées de fruits sexys, des  jeux de mots vaseux (Fruit-tease, Granny, Filf,…) qui font sourire, des clins d’œil pas subtils (Enlarge your tige) et le logo de la marque en tout petit petit.

L’idée de jouer avec le sexe (heu) est vieille comme la pub, mais l’application qu’en fait l’agence Marcel est rafraîchissante.

Oasis, les jus français (à ne pas confondre avec Oasis, les jus québécois) est une marque de Orangina Schweppes, des boissons reconnues pour leur créativité.

Youpomm est le tremplin pour la série humoristique "L’Effet Papayon" que vient de lancer Oasis. Cette série en 4 épisodes "à mûrir de rire" a été écrite par Yoann Gromb le scénariste de "L’Arnacoeur" qui a entre autres aussi écrit pour Dany Boon. Elle raconte l’histoire d’amour entre Ramon Tafraise et Frambourgeoise ainsi que les aventures déjantées dans lesquelles ils sont irrésistiblement entraînés.

L’expérience transmédias ne s’arrête pas là. Les petits films se retrouvent non seulement sur les grands écrans des cinéma français, mais on peut, grâce à la magie de Youtube, suivre les gags délirants de Ramon et ses amis de partout à travers le monde. On peut également s’abonner à la page Facebook pour ne pas manquer une seule des juteuses surprises que nous prépare la marque.

C’est tellement drôle et bien fait qu’on en reprendrait bien une gorgée. À quand une version  long métrage de "L’Effet Papayon"? Ce ne serait pas la première fois qu’une marque passe au grand écran… Lego l’a fait

10247258_10152315815083610_2578660278562407567_n

*Vous ne pensiez pas que j’allais mettre le lien, il y a des jeunes qui nous lisent.

Publié dans Mots, idées et contenu | Tagué , , , | Poster un commentaire

L’art du Selfie

Avene

 

 

 

 

 

 

 

Une marque de cosmétique propose une façon d’améliorer ses selfie… Ça ressemble à une étude scientifique. Ça donne l’impression qu’on va apprendre des choses sur le narcissisme à travers le monde. Ça nous fait réfléchir sur l’art de s’auto-exposer. Ça nous rappelle que "selfie" est devenu le mot de l’année et que c’est aussi un geste tellement banal que même le pape et Barack Obama se sont mis à en faire.

Ça oublie cependant de nous dire que l’autoportrait est aussi vieux que l’humanité puisque l’homme préhistorique, qui n’avait pas encore Facebook, se peignait déjà lui-même sur le mur de sa grotte.

Finalement ça nous fait surtout sourire par son ton éducatif, ses images naïves et ses sympathiques lapalissades.

 

Publié dans Mots, idées et contenu | Tagué , , , | 2 Commentaires

La première fois

Surfant sur  la vague des entreprises qui veulent faire leur marque en dehors des canaux de communication traditionnels, Vodafone a mis sur pieds il y a quelques mois l’offensive « Les premières ».

FisrtSurfLa compagnie de téléphone mobile britannique qu’on retrouve aussi bien en Albanie qu’en Australie, aux Pays-Bas, au Ghana ou à Malte a annoncé en décembre 2013 qu’elle lancerait à travers ses différents marchés ce qu’elle appelle une «global own-brand engagement strategy», vous voyez ce que je veux dire.

L’idée est séduisante. Le résultat est accrocheur et abondamment documenté sur le site firsts.com, sur le canal Youtube VodafoneFirsts, sur Twitter et sur Facebook.

imagesNous avons eu droit déjà à Mary Kom, la championne olympique, qui lance son premier club de combat pour femmes en Inde, au surfer britannique Tom Lowe qui utilise la technologie mobile pour suivre les vagues les plus dangereuses au monde, à Neil Harbisson musicien catalan fascinant qui souffre d’achromatopsie (il ne voit pas les couleurs) et qui a créé pour la première fois un concert dont la partition est écrite à partir de la gamme chromatique des couleurs, à Jean-Marie Minani qui travaille dans les camps de réfugiés de Goma au Congo et permet à des gens de donner le premier coup de téléphone de leur vie afin de renouer avec leurs proches,…

fistsmemeMais la meilleur de toutes ces premières, c’est la dernière. Vodafone l’a mise en ligne hier. Deux grand-mères hollandaises vont prendre l’avion pour la toute première fois de leur vie.  L’une, plus aventureuse, est tout excitée, l’autre, plus sceptique, fait de l’angoisse juste à l’idée de quitter le plancher des vaches.

VodafoneFirstsEn voyant ce petit film, je n’ai pas pu faire autrement que de penser à mes grands mères. Mamy qui a fait plusieurs fois le tour du monde et Bonne-Maman qui n’a vu la mer qu’une seule fois dans sa vie quand elle avait plus de 70 ans. La stratégie de contenu de marque rejoint la vie.

 

La force de ces films, c’est qu’ils nous touchent.

L’air de rien, bien sûr, ils nous démontrent aussi qu’une tablette peut servir d’appareil photo, qu’il est possible de se téléphoner et de se voir en même temps, que c’est amusant de faire des Seflie ou qu’il est très simple d’envoyer des textos.

Ce n’est pas de la pub. C’est mieux. Et même si ces engagements ont des objectifs commerciaux qui ne se cachent pas, ça nous donne une autre perspective sur notre monde.

 

 

Publié dans Mots, idées et contenu | Tagué , , , , , , | Poster un commentaire

Êtes-vous généreux?

FuckThePoorQuels sont les messages à caractère social qui nous frappent ou non? Qu’est-ce qui nous incite à donner pour une bonne cause ou pas? Comment sensibiliser la population? Est-ce que des sujets comme la pauvreté intéressent encore les gens?

On pensait que tout avait été fait, tout avait été essayé. Les Anglais ont pourtant réussi à amener le concept de campagne sociétale un cran plus loin.

Un homme se promène dans les rues de Londres en criant "Fuck The Poor " (dois-je vous faire la traduction?), il distribue aussi des feuillets justifiant sa démarche et sollicite les passants à sa cause. Il arbore même une pancarte avec son slogan simpliste.

Le résultat est édifiant. Les quidams essayent de lui faire entendre raison. On lui fait la morale, on lui explique qu’il se trompe, on prend la défense du pauvre, de la veuve et de l’orphelin. On a envie de dire BRAVO.

Ensuite, le même homme implore les passants, mais cette fois avec le slogan "Help The Poor ". Que pensez-vous qu’il va se passer?

Cette expérience sociale nous montre sans doute que la pauvreté ne semble pas beaucoup toucher les passants. Elle démontre aussi qu’en matière de messages sociaux, il faut être de plus en plus agressif pour se faire remarquer.

Mais je me demande également si ce n’est pas la démonstration que les gens sont toujours prêts à réagir CONTRE mais jamais POUR.

 

 

Publié dans Mots, idées et contenu | Tagué , , , , | 2 Commentaires

Un papa plume

9AVRILJe ne connaissais pas Michel J Lévesque, pas ailleurs que dans le monde virtuel. Un jour, l’auteur d’Arielle Queen a lancé une idée sur Facebook: y a-t-il des papas qui voudraient écrire une nouvelle sur la paternité?

Vous me connaissez, je ne dis jamais non, ou presque.

J’ai beaucoup écrit sur la paternité, sur mon fils, sur ma fille, sur mon père. Mais je n’avais encore jamais écrit de nouvelle de fiction sur le sujet. D’ailleurs je n’avais jamais écrit de nouvelle ni de fiction et ma littérature était plutôt consacrée à la jeunesse et à l’humour. L’exercice me semblait stimulant. J’ai dit oui à Michel.

Mon histoire s’appelle "Les bras pleins d’enfants". Elle m’a été inspirée, pour son point de départ, par Éric Morin, le réalisateur de La chasse au Godard d’Abbittibbi.

Un jour de printemps, j’ai croisé Éric dans le quartier . Il avait son fils dans les bras, tenait sa fille par la main pendant que sa plus grande sautillait sur le trottoir. La table était mise pour une brève tranche de vie d’un papa fusionnel avec ses rejetons et l’histoire miroir de deux jeunes hommes du même âge, du même back ground dont les destins se sont à jamais éloignés.

En relisant mon histoire écrite au printemps 2013, je me rends compte qu’elle n’a pas pris le chemin que je voulais lui donner. Les enfants qui encombrent un papa, un jeune père qui ne sait plus où donner de la tête, la vie qui bascule quand des enfants arrivent au monde, la croisée des chemins, les rêves de jeunesse balayés par la paternité,… Dans mon histoire, les enfants font partie du père. Quand ils sont petits, nos enfants sont en effet une extension de nous. Même si on ne les a pas portés pendant neuf mois. Ils sont nos bras, nos jambes, notre ventre. Quand ils ont mal, on a mal. Quand ils sont tristes, on est triste. En grandissant, ils découvrent la liberté et notre corps les laisse petit à petit se séparer de lui. C’est sans doute pour ça qu’avec le temps les câlins passent.

Deux amis se rencontrent par hasard après des années loin l’un de l’autre. L’un a trois enfants. L’autre vit encore comme un éternel célibataire un peu désorganisé. Le regard du deuxième sur le premier est un voyage dans le temps. Le célibataire se projette en père. Le père se rappelle ses folles années de jeunesse. C’était le sujet de mon histoire.

Mais les enfants ont été plus forts. Leur présence est devenue viscérale. Entre les deux amis, le temps a fondu. Comme si avoir des enfants accélérait la course du temps. Et ma nouvelle a changé comme un enfant qui décide de prendre son envol.

Mon texte se retrouve aux côtés de ceux de Dominic Bellavance, Claude Champagne, Tristan Demers, Mathieu Fortin, Michel J. Lévesque, André Marois, Martin Michaud, Patrick Senécal, Matthieu Simard et Pierre Szalowski. C’est un honneur d’être entouré de ces fameux papas/auteurs.

Le recueil de onze nouvelles publiés chez Québec Amérique est disponible en librairie dès le 9 avril.

 

Publié dans Personnel | Tagué , , , , , | Poster un commentaire

Être invité à ses propres funérailles

L’Institut belge pour la sécurité routière a lancé hier une campagne de sensibilisation à la vitesse au volant. Sortez vos mouchoirs!

ibsrhautDans un court film de trois minutes, on peut voir les réactions de divers conducteurs invités à leurs propres funérailles et filmés à leur insu. C’est complètement bouleversant.

 

Sur le principe des gags de caméras cachées (mais ici, pas question de rire), le scénario de cette campagne de sensibilisation est simple et fort: un ami a donné rendez-vous à une personne "piégée". Une fois installée dans la salle, celle-ci se rend compte qu’elle assiste à son propre enterrement. Ses amis témoignent. Ses parents prennent la parole. La mise en scène est claire. Le ton est juste. Les larmes coulent à flot. Le message est touchant.

Cette campagne s’intitule "Il est parti trop vite". On peut la visionner et la partager sur le site ilestpartitropvite.be. Le site propose également une application pour envoyer un message à des amis afin de les inviter à modérer leur vitesse, le jeu Go for Zero et toutes sortes de témoignages.

Chaque année, en Belgique, près de 15.000 accidents sont provoqués par des chauffeurs qui ont le pied un peu trop lourd sur le champignon. Au Québec, les jeunes conducteurs de 16 à 24 ans sont surreprésentés dans les accidents de la route: même s’ils sont titulaires de seulement 10 % des permis de conduire, ils représentent en effet 23 % des conducteurs impliqués dans les accidents avec dommages corporels selon la SAAQ.

Une autre cause d’accidents de plus en plus fréquente et préoccupante, c’est l’utilisation du texto au volant. Aussi meurtrier que l’alcool ou la vitesse, le texto commence à peine à faire l’objet de quelques campagnes de sensibilisation. Remarquez que dans l’état de New-York, texter est désormais devenu aussi urgent que faire pipi.

eaa597c0afaa11e3b76812097147deb9_8

Publié dans Mots, idées et contenu | Tagué , , , , | Poster un commentaire

Veille de lendemain de veille

Hier la soirée était belle. Trop pour se la faire gâcher par une démocratie pervertie par l’économie et engourdie par l’hyperconsommation.

Je voulais m’éloigner du tumulte inutile de la soirée électorale, de la débâcle prévisible du PQ et du retour prématuré des Libéraux corrompus et profiteurs.

Il fallait trouver un endroit assez loin pour ne pas avoir accès aux ondes maléfiques porteuses de cynisme et de tristes nouvelles. Mais pas trop pour pouvoir revenir vite travailler pour payer les taxes et les impôts.

Je suis parti à Burlington avec Céline Carbonneau dont c’est aussi l’anniversaire le 8 avril. J’aurais voulu emmener Clovis, mon cadeau d’anniversaire il y a 15 ans. mais il crachait ses poumons dans son lit.

Le Lac Champlain était encore gelé. Au loin, les Adirondacks basculaient dans le monde des ténèbres alors que le soleil se couchait derrière les nuages qui s’accumulaient au dessus du Québec.fdcb3650beac11e39c4c12032296cf75_8

Des passants insouciants couraient en short. Des couples rentraient tranquillement chez eux. Des grappes d’étudiants cherchaient un bar, un restaurant. Ici une dame avec un chien. Là des amoureux qui se tiennent la main.

Céline n’était jamais venue à Burlington. Elle était aussi trop contente de partager avec moi sa vie, ses rêves, ses milles projets… Nous avions du temps de confidences à rattraper.

3524d330bebd11e3b99b0002c9e02096_8

Après une pizza à l’incontournable American Flat Bread et les pintes de bière brassée sur place (ils ne vendent malheureusement plus de Local One), nous avons marché longtemps dans les rues tranquilles de la ville. C’était encore un peu Noël sur Church Street. La douceur du soir avait pourtant des airs de printemps.

fc51154ebebe11e39b7d1242f82131a8_8

Puis, comme devant un bulletin de vote, il a fallu encore choisir. Cette fois le choix était plus doux: salted caramel, peanut butter fudge, Americone, Cheesecake Brownie… tout un programme. On sort toujours gagnant de chez Ben&Jerry’s.

4608eb10bec111e3b9a712e240cedc41_8

 

À la frontière, le douanier canadien était un peu bête. J’ai allumé la radio sur la route vers Iberville. Gaétan Barette était notre nouveau ministre de la santé, Couillard promettait un gouvernement intègre, Pauline Marois avait perdu Charlevoix.

J’étais content de ne pas avoir dû subir une soirée d’attente pour un si triste cadeau.

 

Publié dans Personnel | Tagué , , | Poster un commentaire